Chapitre 1. La géographie, discipline de recherche (2022)

1.13.2. Références citées

[1] MERLIN (P.), 1997, Géographie humaine, Paris, PUF, 576p.

[2] BRUNET (R.), DOLLFUS (O.), 1990, Mondes nouveaux. Géographie Universelle/sous la direction de Roger Brunet, Paris, Hachette/Reclus, 551p.

[3] KRAMER (F.), 1959, «A Note on Carl Ritter, 1779-1859», Geographical Review 49: pp.406-409.

[4] THOMSON (J.D.), 1965, History of Ancient Geography, New York, Biblo and Tannin.

[5] BERTRAND (C.), BERTRAND (G.), 1991, «La géographie et les sciences de la nature» in: Encyclopédie de géographie/sous la direction de A. Bailly, R. Ferras, D. Pumain. Paris, Economica, pp.109-128.

[6] BUTTIMER (A.), 1992, «History of geographical thought. Selected themes from the work of the IGU Commission on the History of Geographical thought», Geo Journal. 26 (2) pp.97-234.

[7] CLAVAL (P.), 1993, Initiation à la géographie régionale, Paris, Nathan Université, 288p. (Coll. «Géographie»).

[8] JOHNSTON (R.J.), 1983, Philosophy and Human Geography: an introduction to contemporary approaches, Second edition, London, Edward Arnold, 178p.

[9] ABLER (R.F.), ADAMS (J.S.), GOULD (PR), 1971, Spatial Organization: The Geographic’s View of the World, Englewood Cliffs, N.J., Prentice Hall.

[10] BLOUET (B.), 1981, The Evolution of Academic Geography in the United States, Hamden-Conn., Shoe String Press.

[11] GUERMOND (Y.), 1991, «Aux origines de la géographie humaine théorique», Cahiers Géographiques de Rouen, 36, pp.3-18.

[12] GOULD (P.R.), 1979, «Geography, 1957-1977: The Augian Period», Annals AAG 69: pp.139-150.

[13] ANDRÉ (Y.) et al, 1989, Représenter l’espace; l’imaginaire spatial à l’école, Paris, Anthropos Economica, 227p.

[14] JACKSON (P.), 1985, «Urban Ethnograph», Progress in Human Geography 9: pp.157-176.

[15] WALMSLEY (D.J.), LEWIS (G.J.), 1994, «People and environment-Behavioral approaches to human geography», Env. & Planning A. 26 (9) pp.1480-1481.

[16] DI MÉO (G.), 1994, «Epistémologie des approches géographiques et socio-anthropologiques du quartier urbain», Annales de Géographie, 577, pp.255-275.

[17] GRAWITZ (M.), 1993, Méthodes des sciences sociales, Paris, Dalloz, 1102p.

[18] CHARRE (J.), 1995, Statistique et territoire, Montpellier, GIP Reclus, 120p. (Coll. Espace mode d’emploi).

[19] GOODCHILD (M.), CROPAL (S.) (ed.), 1989, The accuracy of spatial databases, London, New York, Taylor and Francis, 290p.

[20] OPENSHAW (S.), 1984, The modifiable areal unit problem, Norwich Geo Books CATMOG No 38, 41p.

[21] LARKIN (R.P.), PETERS (G.L.), 1983, Dictionary of concepts in Human Geography. Reference sources for the social services and humanities, number 2, Wesport, Grounwood Press, 286p.

[22] COFFEY (W.), 1981, Geography: towards a general spatial systems approach, London, Methuen, XVIII, 270p.

[23] CHARDONNEL (S.), 1993, La géographie des «espaces-temps»: étude spatio-temporelle de la vie quotidienne d’une famille suédoise, Grenoble, Université Joseph Fourier, 113p.

[24] DAVIES (K.), 1989, Women and time. Weaving the strands of everyday life. Th.: sociology: Lund.

[25] ISNARD (H), RACINE (J.B.), RAYMOND (H.), 1981, Problématiques de la géographie, Paris, P.U.F., 262p.

[26] DUNBAR (G.), 1991, Modem geography: an encyclopedic survey, New York, Garland, 219p.

[27] BERDOULAY (V.), 1991, «Les valeurs géographiques», in: Encyclopédie de géographie/sous la direction de A. Bailly, R. Ferras, D. Pumain. Paris, Economica, ch. 21.

[28] DESHAIES (L), SENEGAL (x.), 1997, «Post-modernité et territoire: vers de nouvelles territorialités?», Cahiers de Géographie du Québec, no 114, pp.279-283.

[29] GAILE (G.L.), WILLMOTT (C.J.) (editors), 1989, Geography in America, Columbus, OH, Merrill, 840p.

[30] AUDIGIER, 1997, «Problèmes, problématiques et perspectives de la didactique de la géographie», BAGF, no 3, no spécial septembre 1997.

1.13.3. Éléments bibliographiques

Il ne s’agit pas ici de présenter une bibliographie exhaustive, ce qui n’aurait guère de sens dans l’optique de ce manuel. Néanmoins, le choix a été fait de retenir d’assez nombreux ouvrages et articles, issus tant du monde anglophone que francophone, afin de permettre au jeune étudiant chercheur de se cultiver et de se mouvoir sans trop de difficultés dans sa propre discipline.

Les références sont classées selon un canevas identique pour tous les chapitres:
– ouvrages de référence, ouvrages «historiques» et classiques, ouvrages épistémologiques;
– ouvrages et références à caractère méthodologique et technique;
– ouvrages et références concernant des travaux d’application, des études de cas et portant sur des terrains et des thématiques variés. Certains ouvrages théoriques mais à caractère thématique (ex. la ville, le monde urbain) peuvent se retrouver dans cette rubrique.

Chacun admettra qu’une telle distribution des références impose des choix parfois discutables: tel ouvrage théorique comporte par exemple des applications territoriales fort significatives. A chaque lecteur de re-positionner les ouvrages en fonction de sa propre lecture et de ses interprétations personnelles.

1. Ouvrages de référence, ouvrages «historiques» et classiques, ouvrages épistémologiques

AAY (H.), 1981, «Textbook chronicles: Disciplinary History and the Growth of Geographic knowledge», in: The Evolution of Academic Geography in the United States/B. Blouet, éditeur, pp.291-301, Hamden, Conn, Shoe String Press.

ARCHER (K.), 1993, «Regions as Social Organisms: The Lamarckian Characteristics of Vidal de la Blache’s Regional Geography», Annals AAG 83 (3), pp.498-514.

AURIAC (F.), BRUNET (R.), 1986, Espaces, jeux et enjeux, Paris, Fayard Fondation Diderot, 343p.

BAILLY (A.), 1975, L’organisation urbaine, théories et modèles, Paris, CRU, 272p.

BAILLY (A.), BÉGUIN (H.), 1995, Introduction à la géographie humaine, 5e édition, Paris, Masson, 192p.

BAILLY (A.), FERRAS (R.), PUMAIN (D.) (sous la dir.), 1991, Encyclopédie de géographie, Paris, Economica, 1132p.

BAREL (Y.), 1981, «Modernité, code, territoire», Les annales de la recherche urbaine, no 10-11.

BAREL (Y.), 1986, «Le social et ses territoires», in: Espaces, jeux et enjeux/sous la direction de F. Auriac et R. Brunet, Paris, Fayard, Fondation Diderot, 343p.

BARNES (T.J.), CURRY (M.R.), 1992, «Post-modernism in economic geography: metaphor and the construction of alternity», Environment and Planning D: Society and Space, 10 (1), pp.57-68.

BEAUJEU-GARNIER (J.), 1995, Géographie urbaine, Paris, A. Colin, 349p.

BENKO (G.B.), STROHMAYER (U.), 1993, «A view on contemporary French human geography», Geo Journal, 31 (3) pp.227-238.

BERDOULAY (V.), 1981, La formation de l’école française de géographie (1870, 1914). Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 245p.

BERDOULAY (V.), 1988, Des mots et des lieux: la dynamique du discours géographique, Paris, éd. du CNRS, 106p.

BERGEVIN 0.), 1992, Déterminisme et géographie, Sainte-Foy, Les Presses de l’Université Laval, 204p.

BERQUE (A.), 1991, «Espace, milieu, paysage, environnement», in: Encyclopédie de géographie/sous la direction de A. Bailly, R. Ferras, D. Pumain, Paris, Economica, pp.351-370.

BERQUE (A.), 1990, Médiance: de milieux en paysages, Montpellier, GIP Reclus, 163p.

(Video) [Premières] Les espaces de production dans le monde : une diversité croissante

BERRY (B.J.L.), CONKLING (E.), RAY (M.), 1987, Economic Geography: Problems, Approaches, Basic theory, Englewood Cliffs, N.J., Prentice Hall.

BERRY (B.J.L.), HORTON (F.), 1970, Geographic Perspectives on Urban Systems, Englewood Cliffs, N.J., Prentice Hall, XII, 564p.

BIRD (J.), 1989, The Changing Worlds of Geography, Oxford, Clarendon Press, XX, 299p.

BIRD (J.H.), 1978, «Methodology and Philosophy», Progress in Human Geography 2: pp.133-140.

BLADEN (W.A.), KARAN (P.P.), 1983, The Evolution of Geography thought in America: a Kentuchy Root, Dubuque, Iowa, Kendall/Hunt Publishing Co.

BROC (N), 1980, La géographie de la Renaissance, Paris, CTHS, 258p.

BRUNHES (J.), 1925, Géographie humaine, Paris, 2vol. 1910 et 1925.

BUSHONG (A.), 1981, «Geographers and their Mentors: A Genealogical View of American Academic Geography», in: The Evolution of Academic Geography in the United States/sous la direction de B. Blouet, éditeur, Hamder, Conn.: Shoe String Press.

BUTTIMER (A.), 1974, Values in Geography. Commission on College Geography, Resource Paper no. 24. Association of Américan Geographers, Washington, D.C.

BUTTIMER (A.), SEAMON (D.) (éd.), 1980, The Human Experience of Space and Place, New York, St-Martins.

CARLSTEIN (T.), PARKES (D.), THRIFT (N), 1978, Human activity and time geography, London, Edward Arnold, 286p.

CHOAY (F.), 1980, La règle et le modèle: sur la théorie de l’architecture et de l’urbanisme, Paris, Le Seuil, 374p.

CLAVAL (P.), 1974, Éléments de géographie humaine, Paris, Génin, 436p.

CLAVAL (P.), 1979, Principes de géographie sociale, Paris, Litec, 351p.

CLAVAL (P.), 1993a, «Modem geography and contemporary reality», Geo fournal 31 (3), pp.239-245.

CLAVAL (P.), 1993b, La géographie au temps de la chute des murs, Paris, Éditions L’Harmattan, 303 P

CLAVAL (P.), 1993c, «La géographie, science carrefour», Acta Geographica, 96, pp.2-15.

CLAVAL (P.) (éd.), 1993d, Autour de Vidal de la Blache: la formation de l’école française de géographie. Paris, CNRS, 160p.

CLAVAL (P.), 1996a, La géographie comme genre de vie: un itinéraire intellectuel, Paris, L’Harmattan, 144p.

CLAVAL (P.), 1996b, «Le territoire dans la transition à la post-modernité», Géographie et culture, 20, pp.93-112.

CLAVAL (P.), SANGUIN (A.L.) (dir.), 1995, La géographie française à l’époque classique (1918-1968), Paris, L’Harmattan, 258p.

CLOZIER (R.), 1972, La pensée géographique, 5e éd., Paris: P.U.F. (Coll. «Que sais-je?»; 65).

COLLECTIF (sous la direction de R. Knafou), 1997, L’état de la géographie. Autoscopie d’une science, Paris, Belin, Mappemonde, 438p.

CONZEN (M.P.), 1980, «Historical Geography: North American Progress in the 1970’s», Progress in Human Geography 36: pp.82-83.

COSGROVE (D.), 1984, Social formation and symbolic landscape, Londres, Groom Helm.

CURRY (M.R.), 1991, «Post modernism. Language, and the Strains of Modernism». Annals AAG 81 (2), pp.210-228.

DARDEL (E.), 1990, (1re édit.), 1952, L’homme et la terre: nature de la réalité géographique, Paris, Ed. du CTHS, 199p.

DAUPHINE (A.), 1979, Espace, région et système, Paris, Economica, 168p.

DEBARBIEUX (B.), 1991, «Imagination et imaginaire géographique», in: Encyclopédie de géographie/sous la direction de A. Bailly, R. Ferras, D. Pumain, Paris, Economica, pp.893-906.

DEBARBIEUX (B.), 1995, «Le lieu, le territoire et trois figures de rhétorique», L’espace Géographique, no 2, pp.97-113.

DEBARBIEUX (B.), 1997, «L’exploration des mondes intérieurs», pp.371-384, in: L’état de la géographie. Autoscopie d’une science/sous la direction de R. Knafou, Paris, Belin, 438p.

DEBIÉ (F.), 1995, Géographie économique et humaine, Paris, P.U.F., 750p.

DEMATTEIS (G.), 1985, La metafora della terra, Milan, Feltrinelli.

DERRUAU (N.), 1996, Géographie humaine, Paris, A. Colin, 467p. (Coll. U).

DICKINSON (R.E.), 1969, The Makers of Modem Geography, London, Routledge and Kegan Paul.

DICKINSON (R.E.), HOWARTH (D.J.R.), 1976, The Making of Geography, Oxford, Clarendon Press 1933. Reprinted: Westport, Conn., Greenwood Press.

DI MEO (G.), 1991, L’homme, la société, l’espace, Paris, Anthropos-Economica, 319p.

DI MEO (G.), 1996, Les territoires du quotidien, Paris, L’Harmattan, 207p.

DI MEO (G.), 1998, Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan, 320p. (Coll, fac géographie).

DRIVER (F.), ROSE (G.) (ed), 1992, «Nature and science: essays in the history of geographical knowledge», Historical Geography Research Sciences Institute of British Geographers, no 28, 79p.

FISCHER (G.N.), 1997, Psychologie de l’environnement social, Paris, Dunod, 204p.

FISCHER (E.), CAMPBELL (R.D.), MILLER (E.S.) (editors), 1969, A Question of Place: the Development of Geographic thought, 2nd ed., Arlington, Va, Beatty.

FLOCH-SERRA (M.), 1989, «Geography and Post-modernism: Linking Humanism and Development Studies», Canadian Geographer, 33, no 1: pp.66-75.

FREMONT (A.), 1976, La région, espace vécu, Paris, P.U.F., 224p.

FREMONT (A.), 1999, La région, espace vécu, Paris, Ed. Flammarion, 288p. (Coll. Champs).

FRÉMONT (A.), CHEVALIER (J.), HÉRIN (R.), RENARD G), 1984, Géographie sociale, Paris, Masson, 387p.

GAILE (G.L.), WILLMOTT (C.J.), 1989, «Foundations of Modem American Geography», in: Geography in America/sous la direction de Gaile G.L., Willmot C.J., pp.XXIV-XLIV.

GALLOIS G), 1901, L’évolution de la géographie, Congrès National des Sociétés françaises de géographie, 21e session Paris, comptes rendus, pp.108-119.

GARNE (H.A.), 1983, «I.B.G.: The formative Years-some Reflections», Transactions of the Institute of British Geographers. vol.8, no 1: pp.27-35.

(Video) Algorithmique (1/14) - Un algorithme c'est quoi?

GEOPOINT, 1990, Histoire, temps et espace, Avignon, Groupe Dupont, 367p.

GEORGE (P.), 1965, Sociologie et géographie, Paris, P.U.F., 218p.

GEORGE (P.), 1970, Dictionnaire de la géographie, Paris, P.U.F., 1re ed. 1970, 4e ed. 1990, IV, 448p.

GEORGE (P.), 1975, Les géographes français, Paris, CTHS, 202p.

GEORGE (P.), 1990, Le métier de géographe. Un demi-siècle de géographie, Paris, A. Colin, 249p.

«Géographie, état des lieux. Débats transatlantiques», 1989, Revue Espaces Temps, no 40-41.

GODELIER (M.), 1984, L’idéel et le matériel. Pensée, économies, sociétés, Paris, Fayard, 348p.

GOULD (P.), 1991, «Guest Essay: Thinking like a Geographer», Le Géographe Canadien, 35 (4), pp.324-331.

GOULD (P.), 1994, «Sharing a Tradition. Geographics from the Enlightenment», Le Géographe Canadien, 38 (3), pp.194-201.

GOULD (P-), 1996, «L’espace, le temps et l’être humain», Paris, Revue Internationale des Sciences Sociales, no 150, déc. 1996, «Géographie: état des lieux 1. La dimension environnementale», pp.517-529.

GOUROU (P.), 1973, Pour une géographie humaine, Paris, Flammarion, 388p.

GRAF (W.L.), 1984, «The Geography of American Field Geography», Professional Geography, 36: pp.78-82.

GRAFMEYER (Y.), JOSEPH G), 1990, L’école de Chicago: naissance de l’écologie urbaine, Paris, Aubier, sec. édit., 378p.

GREGORY (D), 1978, Ideology, sciences and human geography, Londres, Hutchinson.

GREGORY (D), 1978, «Science, Ideology and Human Geography», Transactions of the Institute of British Geographers. 6: pp.1-18

GREGORY (D.), 1981, «Human Agency and Human Geography», Transactions, Institute of Bristish Geographers. 6, pp.1-18.

GREGORY (D.), 1989, «Areal Differentiation and Post-Modern Human Geography», in: Horizons in Human Geography/sous la direction de D. Gregory et R. Walford, éditeurs, London, MacMillan, pp.67-96.

GREGORY (D.), URRY G), 1985, Social relations and spatial structures, New York, St-Martin’s Press, 440p.

GREIMAS (A.), 1979, Sémiotique de l’espace. Paris, Gonthier, 245p.

GUELKE (L.), 1981, «Idealism», in: Themes in Geographic thought/sous la direction de M.E. Harvey et B.P. Holly (éditeurs), London: Croom Helm, pp.133-174.

HAGGET (P.), 1973, L’analyse spatiale en géographie humaine, Paris, Colin, 390p.

HANSON (S.), MONK (J.), 1982, «On not Excluding the Human in Human Geography», Professional Geographer 34 no 1: pp.11-23

HARING (L.L.), LOUNSBURY (J.F.), 1982, Introduction to Scientific Geographic Research, (3rd edition) Dubuque, IA, Wm. C. Brown.

HARPER (R.A.), 1984, Between two worlds: an introduction to geography, Dubuque Iowa: Kendall/Hunt Pub. Co, 458p.

HART (J.F.), 1982, «The Highest Form of the Geographer’s Art», Annals AAG 72: pp.1-29.

HARTSHORNE (R.), 1939, The Nature of Geography a Critical Survey of Current thought in the Light of the Past, Lancaster, Pa., Association of American Geographers.

HARVEY (D.), 1969, Explanation in Geography. London, E. Arnold.

HUER (J.), 1990, The fallacies of social science: a critique of the natural science model of social analysis, New York, P. Lang, 167p.

HUGON (P.), 1991, «The three periods of Francophone thinking in development economics», European Journal of Development Research 3 (2), pp.84-108.

JACKSON (P.), SMITH (S.), 1984, Exploring Social Geography, London, George Allen and Unwin.

JOHNSTON (R.J.), 1986, On Human Geography, Oxford, Basil Blackwell, 198p.

JOHNSTON (R.J.), 1980, «Four Fixations and the Quest for Unity in Geography», Transactions, Institute of British Geographers, no 11: pp.449-453.

JOHNSTON (R.J.), 1991, Geography and Geographers Anglo-american Human Geography Since 1945, Londres, Edward Arnold.

JOHNSTON (R.J.), CLAVAL (P.), 1984, Geography Since the Second World War, an International Survey, London, Croom Helm, 290p.

KELLERMAN (A.), 1989, Time space and society: geographical societal perspective, Dorbrecht; Boston, Kluwer Academic Publ., 128p.

KIMBLE (G.G.T.), 1938, Geography in the Middle Ages, London, Methuen.

KRIESEL (K.M.), 1968, Montesquieu: Possibilistic Political Geographer, Annal AAG 58: pp.557-574.

LACOSTE (Y.), 1976, La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre, Paris, Maspero, 190p.

LEDRUT (R.), 1976, La ville et le sens. L’espace en question, Paris, Anthropos.

LEGENDRE (L.), LEGENDRE (P.), 1979, Ecologie humaine, Paris, Masson, PUQ.

LE LANNOU (H.), 1952, Géographie humaine, Paris

«Le territoire», 1996, Géographie et Cultures, L’Harmattan, no spécial.

LEVI-STRAUSS (C.), 1958, Anthropologie Structurale, Paris, Plon, II, 454p.

LEVY (B.), 1997, «Géographie culturelle, géographie humaniste et littérature», Paris, Revue Géographie et cultures, no 21, pp.27-44.

LEVY (F.P.), SEGAUD (M.), 1983, Anthropologie de l’espace, Paris, Centre Georges Pompidou, CCI, 346p.

LEWTHWAILE (G.R.), 1966, «Environmentalism and Determinism: A search for Clarification», Annals AAG 56: pp.1-23.

LEY (D.), SAMUELS (M.) (ed.), 1978, Humanistic geography: prospects and problems, London, Croom Helm.

LIVENGSTONE (D.), 1992, The geographical tradition, Cambridge M.A., Blackwell Geography, 444p.

MARTIN (G.), JAMES (P.), 1993, All possible worlds: a history of geographical ideas, 3nd ed., New York, John Wiley and Sons Inc., 585p.

(Video) BAC ES : SES - Tout ce qu'il faut savoir en éco ! Chapitres 4 et 5

MAY (J.A.), 1970, Kant’s concept of Geography and its relation to recent geographical thought. Toronto, University of Toronto, Department of Geography, Research Paper no 4.

METTON (A.), 1992, «La recherche géographique française en Europe et dans le monde», in: La France dans le Monde, éd. G. Wackerman, Paris, Nathan, pp.313-386.

MEYNIER (A.), 1969, Histoire de la pensée géographique en France (1872-1969), Paris, P.U.F., 223p.

NORA (P.) (sous la direction), 1984-1992, Les lieux de mémoire, 3 tomes en 7 volumes, Paris, Gallimard.

NORTON (W.), 1984, Historical analysis in geography, London, New York Longman, 231p.

PAMARD-BLANC (C.) (ed), 1991, Histoires de géographes, Paris, Éditions du Centre National de la Recherche Scientifique, 130p.

PEET (R.), 1977, Radical Geography: Alternative View points on contemporay Social Issues. Chicago, Maaroufa, 387p.

PELLEGRINO (P.) (sous la responsabilité de), 1986, La théorie de l’espace humain. Transformations globales et structures locales, Genève, CRAAL-FNRS, UNESCO, 249p.

«Penser-Figurer: l’espace comme langage dans les sciences sociales», revue Espaces-Temps, no 62-63.

PICKLES (J.), 1986, Geography and humanism, Norwich, Geo Books CATMOG 44, 64p.

PINCHEMEL (P.) (éd.), 1981, Histoire et épistémologie de la géographie. France, Ministère des Universités. Comité des travaux historiques et scientifiques, Bulletin de la section de géographie, no 84.

PINCHEMEL (P.) et (G.), 1992, La face de la terre, éléments de géographie, Paris, Colin, 519p.

PRICE (M.), LEWIS (M.), 1993, «The reinvention of Cultural Geography», Annals AAG 83 (1), pp.1-17.

PRIETO (L.), 1975, Pertinence et pratique, essai de sémiologie, Paris, éd. de Minuit, 175p.

PUMAIN (D.), SAINT-JULIEN (T.), 1997, L’analyse spatiale: localisations dans l’espace, Paris, A. Colin/Masson, 167p.

RAFFESTIN (C.), 1978, «Les construits en géographie humaine: notions et concepts» pp.55-73, in: GEOPOINT 78/sous la direction du Groupe Dupont, Avignon.

REVUE BELGE DE GÉOGRAPHIE, 1988, «Human geography in Belgium: an epistemological survey with an extensive bibliography». Special issue: I.G.U. Congress. Sydney 1988, Revue Belge de Géographie. 112 (1-2) Fascicule no 39.

ROBIC (M.C.) et al, 1990, Les géographes français entre milieu et environnement, Paris, rapport SRETIE, 276p.

ROBIC (M.C.), 1991, «Épistémologie de la géographie», in: Encyclopédie de géographie/sous la direction de A. Bailly, R. Ferras, D. Pumain. Paris, Economica, pp.55-72.

ROUGERIE (G.), BEROUTCHACHVILI (N.), 1991, Géosystème et paysages, Paris, Colin, 301p.

RUNDSTROM (R.A.), KENZER (M.S.), 1989, «The decline of fieldwork in Human Geography», Professional Geographer 41: pp.294-303.

SERRES (M.), 1990, Le contrat naturel, Paris: F. Bourin, 191p.

SAYER (A.), 1989, «On the Dialogue between Humanism and Historical Maternalism in Geography», in: Remaking Human Geography/sous la direction de A. Kobayashi et S. Mackenzie éditeurs, pp.206-226, Boston, Unwin Hyman.

SINGLETON (R. Jr.) et al. (1988), Approaches to social research, New York, Oxford University Press, 541p.

SMITH (D.M.), 1988, «Towards an Interpretative Human Geography», in: Quantitative Methods in Human Geography/sous la direction de J. Eyles and D.M. Smith-éditeurs, Cambridge Polity Press, pp.255-267.

SORRE (M.), 1943, Les fondements biologiques de la géographie humaine: essai d’une écologie de l’homme, Paris, Colin, 447p.

SORRE (M.), 1962, L’homme sur la terre. Paris, Hachette, 366p.

STASZAK (J.-F.) (sous la direction), 1996, Les discours du géographe, Paris, L’Harmattan, 281p.

STODDART (D.R.) (éd.), 1986, On Geography and its History. Oxford, Basil Blackwell.

VIDAL DE LA BLACHE (P.), 1922, Principes de géographie humaine, Paris, Colin, 328p.

WERLEN (B.), 1994, Society, Action and Space, New York, Routledge, 249p.

2. Ouvrages et références à caractère méthodologique et technique

AYDALOT (P.), 1985, Économie régionale et urbaine, Paris, Economica, VIII, 487p.

BAILLY (A.) et al., 1987, Comprendre et maîtriser l’espace, Montpellier, G.I.P. Reclus, 176p.

BAILLY (A.), 1991, «Les représentations en géographie», in: Encyclopédie de géographie/sous la direction de A. Bailly, R. Ferras, D. Pumain, Paris, Economica, pp.371-384.

BEAUJEU-GARNIER (J.), 1971, La géographie, méthodes et perspectives, Paris, Masson, 144p.

BÉGUIN (M.), PUMAIN (D.), 1994, La représentation des données géographiques: statistique et cartographie, Paris, Colin, 192p.

BERRY (B.J.L.), 1973, The Human consequences of Urbanization, New York, St-Martin’s Press.

BERTRAND (C.), BERTRAND (G.), 1991, Territorialiser l’environnement. Un objectif pour l’environnement, Dijon, Géoforum-Dijon, 17p.

BONNAMOUR (J), 1993, Géographie rurale: position et méthode, Paris, Masson, 138p.

BOWLBY (S.), 1992, «Feminist geography and the changing curriculum». Geography, 77 (4), pp.349-360.

BRUNET (R.), FERRAS (R.), THÉRY (H.), 1993, Les mots de la géographie: dictionnaire critique, Montpellier, RECLUS; Paris, La Documentation française, 518p. (Coll. Dynamiques du territoire).

CHOLLEY (A.), 1942, Guide de l’étudiant en géographie, Paris, P.U.F.

COFFEY (W.), 1991, «Géographie, économie, science régionale», in: Encyclopédie de la géographie/sous la direction de A. Bailly, R. Ferras, D. Pumain. Paris, Economica, pp.159-176.

DAUPHINÉ (A.), 1991, «Espace terrestre et espace géographique», in: Les concepts de la géographie humaine/sous la direction de A. Bailly (coord.) Chapitre 3. Paris, Masson.

DAUPHINÉ (A.), 1991, «De l’ordre au chaos. Nouvelle démarches en géographie physique», L’espace géographique, tome XIX-XX, pp.289-301.

DUMOLARD (P.), 1981, L’espace différencié, Paris, Economica, 201p.

FERRAS (R.), 1991, «Niveaux géographiques, échelles spatiales», in: Encyclopédie de géographie/sous la direction de A. Bailly, R. Ferras, D. Pumain. Paris, Economica, pp.403-422.

GARFINKEL (H.), 1984, Studies in Ethnomethodology, Englewood Cliffs, Prentice Hall (2nd ed.), 288p.

GETIS (A.), BOOTS (B.), 1978, Models of spatial processus: an approach to the study of point, line and patterns, Cambridge New York, Cambridge University Press, 198p.

(Video) MON PREMIER SEMESTRE EN LICENCE DE GÉOGRAPHIE (emploi du temps, matières, résultats aux partiels)

GREGORY (K.J.), WALLING (D.E.), 1987, Human Activity and Environmental Processes, New York, John Wiley and Sons, 466p.

LANGRAN (G.), 1993, Time in geographic information systems, London, Taylor & Francis, 189p.

LUSSIER (R.), 1997, «Vers une nouvelle démarche d’aménagement du territoire; le cheminement d’un praticien», Cahiers de la géographie du Québec, vol.41, no 114, décembre 97, pp.323-333.

MILLER (R.W.), 1987, Fact and method: explanation, confirmation and reality in the natural and the social sciences, Princeton N.J., Princeton University Press, 611p.

MOLES (A.), 1982, Labyrinthes du vécu, Paris, Librairie des Méridiens, 183p.

MOUCHOT (C.), 1986, Introduction aux sciences sociales et à leurs méthodes, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 320p.

ODLAND (J.), 1988, Spatial autocorrelation, Newbury Park Sage Publications Scientific geography series: v.9, 87p.

PIRON (M.), «Changer d’échelle: une méthode pour l’analyse des systèmes d’échelles», L’espace géographique, no 2, pp.147-165.

POCOCK (D.), 1988, Geography and litterature, Progress in Human Geography, 1.

PONSARD (C.), 1988, Analyse économique spatiale, Paris, PUF, 452p.

RACINE (J.B.), REYMOND (H.), 1973, L’analyse quantitative en géographie, Paris, P.U.F., 316p.

RAMADE (F.), 1987, Les catastrophes écologiques, Paris, Mc Graw Hill, 318p.

SCHEIBLING (J.), 1994, Qu’est-ce que la géographie?, Paris, Hachette, 200p.

SPECTOR, 1981, Research Designs, Quantitative Applications in the Social Sciences no 23, Sage Publications.

THRIFT (N.), 1977, An introduction to time-geography, Norwich, Geo Books CATMOG no 13, 36p.

THRIFT (N.), 1991, «For anew regional geography?», Progress in Human Geography, 15 (4), pp.456-465.

TREMBLAY (M.A.), 1968, Initiation à la recherche dans les sciences humaines, Montréal, McGraw Hill, 425p.

TRICART (J.), 1972, La terre, planète vivante, Paris, P.U.F., 184p.

TRICART (J.), 1978, Géomorphologie applicable, Paris, Masson, 204p.

WALMSLEY (D.J.), LEWIS (G.L.), 1984, Human geography: behavioral approaches, New York, Longman Scientific and Technical, 195p.

WOOD (D.), 1982, Rethinking Geographical Inquiry, Geographical Monographs, no 11, Toronto, York University, Atkinson College, Department of Geography.

3. Ouvrages et références concernant des travaux d’application, des études de cas

BAILLY (A.), 1977, La perception de l’espace urbain, 800p. 4vol., Th. Etat: Géographie: Lille III, Atelier des thèses.

BERTRAND (C.), BERTRAND (G.), 1975, Pour une histoire écologique de la France rurale, Histoire de la France rurale, Tome 1, Paris, Le Seuil.

BRAS (C.), LE BERRE (M.), SGARD (A.), 1984, «La montagne, les géographes et la géographie», Revue de Géographie Alpine, Fasc. 2-3-4, pp.141-153.

BROC (N.), 1984, «Le milieu montagnard: naissance d’un concept», Revue de Géographie Alpine, Fasc. 2-3-4, pp.127-139.

BRUNN (D.), STANLEY (J.), WILLIAMS (F.), 1982, Cities of the world: World Regional Urban Development, Happie + Row 19: 2, p.506 paper.

BRYANT (E.A.), 1991, Natural hazards, Cambridge, Cambridge University Press, 288p.

CADWALLADER (M.), 1985, Analytical Urban Geography, Englewood Cliffs, N.J. Prentice Hall.

FISCHER (A.), 1994, Industrie et espace français, Paris, Masson, 138p. (Coll. Géographie).

FREESTONE (R.), 1993, «Heritage, urban planning and the post modem city», Australian Geographer 24 (1), pp.17-24.

GALLOIS (L.), 1908, Régions naturelles et noms de pays, Paris, Colin, 356p.

GHORRA-GOBIN (C.), 1987, Les Américains et leur territoire, mythes et réalités, Paris, La Documentation Française, NED, no 4828, 112p.

GOUDIE (A.), 1994, «The nature of physical geography: a view from the drylands», Geography 79(3), pp.194-209.

HARVEY (D.), 1973, Social Justice and the City, London, Edward Arnold, 336p.

HOYLE (B.S.), KNOWLES (R.D.) (eds), 1992, Modern Transport Geography, New York, Belhaven Press, VII, 276p.

JAMES (P.E.), EHRENBERG (R.E.), 1975, «The Original members of the Association of American Geographers», The Professional Geographer 27: pp.327-336.

JAMES (P.E.), MARTIN (G.J.), 1979, «On AAG History», The Professional Geographer 31: pp.353-357.

KLEIN (J.-L.), 1997, «L’espace local à l’heure de la globalisation: la part de la mobilisation sociale», Cahiers de géographie du Québec, vol.41, no 114, décembre 97, pp.367-377.

LEFEBVRE (H.), 1970, La révolution urbaine, Paris, Gallimard, 250p.

LEY (D.), 1983, A social geography of the city, New York, Harper and Row, XII, 449p.

LUSSAULT (M.), 1996, L’espace en actions: de la dimension spatiale des politiques urbaines, DHDR: Géographie: Tours.

MANZAGOL (C.), 1980, Logique de l’espace industriel, Paris, PUF, 248p.

MIKISELL (M.W.), 1978, «Tradition and Innovation in Cultural Geography», Annals AAG 68 no 1.

MONK (J.), 1991, «Feminist Geography», in: Modem Geography: An Encyclopedic Survey/sous la direction de G.S. Dunbar (éditeur), pp.53-54.

PAELINK (J.), SALLEZ (A.) et al., 1983, Espace et localisation, la redécouverte de l’espace dans la pensée économique de langue française, Paris, Economica, 340p.

SAINT-JULIEN (T.), 1982, Croissance industrielle et système urbain, Paris, Economica, 280p.

SHAW (G.), WILLIAMS (A.M.), 1994, Critical issues in tourism: a geographical perspective, Oxford, UK, B. Blackwell, 280p.

TRICART (J.), 1992, «Cent ans de géomorphologie dans les Annales de Géographie», Annales de Géographie, no 561-562.

FAQs

Quelles sont les disciplines de la géographie ? ›

La géographie, c'est une discipline à la croisée de nombreux domaines comme l'environnement, la géologie, la géomorphologie, la climatologie, l'hydrologie, la biologie, la sociologie, la politique, l'histoire, l'économie ou encore la gestion territoriale.

Quelles sont les méthodes de recherche en géographie ? ›

La méthode géographique met en œuvre deux moyens d'investigations. La géographie utilise deux moyens d'investigations : 1° La description ; 2° Le document cartographique. 1° Le géographe se propose de comprendre les phénomènes dans leur complexité et de les décrire comme tels.

Comment s'appelle le père de la géographie ? ›

L'approche de Carl Ritter (1779-1853)

Carl Ritter est souvent associé à Humboldt comme père de la géographie moderne.

Quel est le principal objet d'étude de la géographie ? ›

La géographie se distingue par son objet qui est l'étude de l'espace terrestre et de son organisation (cf. introduction), s'intéresse à cet espace et à son organisation dans ses composantes culturelles et naturelles. À ce concept central dans la discipline se rattache immédiatement la notion d'échelle.

Qui est le père fondateur de la géographie ? ›

Alexander von Humboldt (1769-1859) fait figure de père fondateur de la géographie moderne.

Quels sont les trois branches de la géographie ? ›

La géographie générale comporte ainsi trois rubriques : géographie physique, géographie humaine, géographie économique.

Quelles sont les étapes de la géographie ? ›

Le savoir géographique, comme tout savoir scientifique, se construit à travers une série d'étapes. Ces étapes sont la description, la modélisation, la prévision et l'explication. Au cours de chacune de ces étapes sont mises en oeuvre différentes méthodes qui conditionnent la qualité des résultats obtenus.

Comment définir la géographie ? ›

Science qui a pour objet la description et l'explication de l'aspect actuel, naturel et humain, de la surface de la Terre. (Abréviation familière : géo.) 2. Ensemble des caractères qui constituent la réalité physique et humaine de telle ou telle région : La géographie de la France, du Massif central.

Où est née la géographie ? ›

Les Grecs sont la première civilisation connue pour avoir étudié la géographie, à la fois comme science et comme philosophie.

Quels sont les deux domaines de la géographie ? ›

Les géographes distinguent deux domaines fondamentaux de connaissances : la géographie générale et la géographie régionale. La première classe, compare et explique les faits naturels ou humains envisagés à l'échelle du globe tout entier.

Pourquoi la géographie est une science ? ›

La géographie se présente comme une discipline scientifique qui a pour objet d'étude la description de la terre et particulièrement l'étude des phénomènes physiques, biologiques, et humaines qui se produisent sur le globe terrestre.

Quel est le rôle de la géographie ? ›

La géographie permet la compréhension des enjeux de nos sociétés, le monde, son fonctionnement. Il faut prendre en compte les différentes échelles et facteurs qui vont influer les uns sur les autres. La géographie est pluridisciplinaire et a une approche systémique.

Pourquoi la géographie n'est pas une science ? ›

La conclusion est claire : LA GÉOGRAPHIE N'EST PAS UNE SCIENCE ; même lorsqu'elle incorpore de la connaissance scientifique. ELLE EST UNE DISCIPLINE ! Elle n'est même pas une discipline scientifique puisque son objet dépasse la seule connaissance des liens entre nécessités naturelles.

Quelles sont les questions fondamentales de la géographie ? ›

Elle vise à répondre à une nouvelle question : « pourquoi là plus ou moins qu'ailleurs ? ». Ses 3 piliers sont la modélisation, la systémique et l'analyse spatiale.

Quelle est l'origine du mot géographie ? ›

La géographie (du grec ancien γεωγραφία – geographia, composé de « η γη » (hê gê) (la Terre) et « γραφειν » (graphein) décrire, puis du latin geographia, littéralement traduit par « dessin de la Terre ») est une science centrée sur le présent, ayant pour objet la description de la Terre et en particulier l'étude des ...

Pourquoi Dit-on que la géographie sert à faire la guerre ? ›

Poser d'entrée de jeu que la géographie sert, d'abord, à faire la guerre n'implique pas qu'elle ne serve qu'à mener des opérations militaires ; elle sert aussi à organiser les territoires non seulement en prévision des batailles qu'il faudra livrer contre tel ou tel adversaire, mais aussi pour mieux contrôler les ...

Quel est le chercheur géographe qui a beaucoup écrit sur le territoire ? ›

Le territoire, nouveau concept de la géographie française des années 1990. Guy Di Méo choisit progressivement le concept de « territoire » pour désigner le rapport, peu étudié par la géographie classique, entre société et espace géographique.

Quelle est la différence entre géographie physique et géographie humaine ? ›

La géographie physique qui est toujours au premier rang dans ces études apparait comme la base même des travaux de géographie humaine » [De Martonne 1925]. « La géographie tout entière est une science de l'homme, ou plus exactement des collectivités humaines dans leur cadre spatial.

Quelle est la différence entre la géopolitique et la géographie politique ? ›

Distinction entre géographie politique et géopolitique

Les auteurs de géographie politique ont développé des approches systémiques (par types et classes de phénomènes), alors que ceux de la géopolitique se sont plus souvent concentrés sur des théories mondiales.

Quels sont les deux domaines de la géographie ? ›

Les géographes distinguent deux domaines fondamentaux de connaissances : la géographie générale et la géographie régionale. La première classe, compare et explique les faits naturels ou humains envisagés à l'échelle du globe tout entier.

Quelles sont les différentes branches de la géographie PDF ? ›

La Géographie et ses différentes branches
  • La Géographie physique.
  • La Géographie biologique.
  • La Géographie humaine.
  • La Géographie astronomique.
  • La Géographie mathématique.
12 Nov 2021

Quelle est la différence entre géographie physique et géographie humaine ? ›

La géographie physique qui est toujours au premier rang dans ces études apparait comme la base même des travaux de géographie humaine » [De Martonne 1925]. « La géographie tout entière est une science de l'homme, ou plus exactement des collectivités humaines dans leur cadre spatial.

Quelles sont les étapes de la géographie ? ›

Le savoir géographique, comme tout savoir scientifique, se construit à travers une série d'étapes. Ces étapes sont la description, la modélisation, la prévision et l'explication. Au cours de chacune de ces étapes sont mises en oeuvre différentes méthodes qui conditionnent la qualité des résultats obtenus.

Où est née la géographie ? ›

Les Grecs sont la première civilisation connue pour avoir étudié la géographie, à la fois comme science et comme philosophie.

Quelle est l'origine du mot géographie ? ›

La géographie (du grec ancien γεωγραφία – geographia, composé de « η γη » (hê gê) (la Terre) et « γραφειν » (graphein) décrire, puis du latin geographia, littéralement traduit par « dessin de la Terre ») est une science centrée sur le présent, ayant pour objet la description de la Terre et en particulier l'étude des ...

Pourquoi la géographie est une science ? ›

La géographie se présente comme une discipline scientifique qui a pour objet d'étude la description de la terre et particulièrement l'étude des phénomènes physiques, biologiques, et humaines qui se produisent sur le globe terrestre.

Quel est le but final de la géographie ? ›

Ces dernières sont les missions de cette discipline qui mêle sciences exactes et sciences humaines. La géographie étudie les changements présents, mais la compréhension et l'évolution d'un espace doit toujours se faire avec une mise en contexte.

Quelle est l'importance de la géographie ? ›

L'étude de la géographie présente un autre avantage indiscutable, c'est sa portée pratique. De nos jours, il est important d'être renseigné sur les diverses parties du monde, important aussi de bien connaître les ressources et les possibi- lités de mise en valeur de notre vaste pays.

Quelle est la différence entre la géopolitique et la géographie politique ? ›

Distinction entre géographie politique et géopolitique

Les auteurs de géographie politique ont développé des approches systémiques (par types et classes de phénomènes), alors que ceux de la géopolitique se sont plus souvent concentrés sur des théories mondiales.

Est-ce que la géographie est une branche de la géologie ? ›

La géographie, historiquement dédiée à la géographie physique, partage avec la géologie les thématiques de la géomorphologie et de l'évolution des paysages. Le lien avec la géologie est aujourd'hui étendu à la géographie humaine.

Comment se définit la géographie ? ›

Science qui a pour objet la description et l'explication de l'aspect actuel, naturel et humain, de la surface de la Terre. (Abréviation familière : géo.) 2. Ensemble des caractères qui constituent la réalité physique et humaine de telle ou telle région : La géographie de la France, du Massif central.

Quelle est l'utilité de la carte ? ›

“La carte permet de visualiser le monde. C'est un moyen de représenter la réalité de façon simplifiée et miniaturisée. Elle peut permettre de schématiser des données qui seraient difficiles à comprendre et à analyser autrement.

Quelles sont les questions fondamentales de la géographie ? ›

Elle vise à répondre à une nouvelle question : « pourquoi là plus ou moins qu'ailleurs ? ». Ses 3 piliers sont la modélisation, la systémique et l'analyse spatiale.

Comment faire une analyse en géographie ? ›

Fondamentalement, il faut expliquer et illustrer les concepts qui permettent d'étudier la réalité géographique : espace, milieu, paysage, région, territoire. Il faut aussi saisir trois moyens d'analyse dont usent les géographes : la localisation, la répartition, la différenciation ».

Videos

1. "Le Petit Prince" de Antoine de Saint Exupéry, lu par Bernard Giraudeau (01.06.15)
(Time 4 Kids)
2. Cours sur la Géographie Rurale - Licence 1 à l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD)
(DMV TV OFFICIELLE📺 (La télévision de la jeunesse))
3. À propos d'un article de Paul Vidal de La Blache sur la géographie humaine
(Les Confhistoriens)
4. Français /Histoire-Géographie EMC - Tle Bac Pro : l'interdisciplinarité au cœur de notre nouveauté !
(Nathan Technique)
5. Petites cartes des sciences de la Géographie !
(SurvivreauxSciencesHumaines Prof 2.0)
6. Analyser un document : observer et déduire - SVT - Les Bons Profs
(Les Bons Profs)

Top Articles

You might also like

Latest Posts

Article information

Author: Ray Christiansen

Last Updated: 08/09/2022

Views: 6174

Rating: 4.9 / 5 (49 voted)

Reviews: 80% of readers found this page helpful

Author information

Name: Ray Christiansen

Birthday: 1998-05-04

Address: Apt. 814 34339 Sauer Islands, Hirtheville, GA 02446-8771

Phone: +337636892828

Job: Lead Hospitality Designer

Hobby: Urban exploration, Tai chi, Lockpicking, Fashion, Gunsmithing, Pottery, Geocaching

Introduction: My name is Ray Christiansen, I am a fair, good, cute, gentle, vast, glamorous, excited person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.